doryphore pommes de terre

Le doryphore : comment s’en débarrasser grâce à la lutte biologique

Publié le 21 septembre 2022 par Daphne

Dans la famille des ravageurs du potager, je demande le doryphore ! Vous avez certainement déjà entendu parler de ce petit coléoptère rayé de jaune et de noir. Il s’agit d’un insecte de la famille des chrysomélidés, originaire d’Amérique du Nord et introduit en Europe au début du XXe siècle. Il porte également le nom de chrysomèle de la pomme de terre. De son nom latin Leptinotarsa decemlineata, cet indésirable, tout comme sa larve, représente un danger pour certains légumes, et en particulier les pommes de terre et les aubergines. Découvrez comment vous débarrasser du doryphore au jardin grâce à la lutte biologique.

À quels légumes le doryphore s’attaque-t-il ?

Le doryphore aussi bien que sa larve raffolent des feuilles de pommes de terre, des aubergines, des tomates, des piments et des poivrons. Ils dévorent donc les feuilles des légumes de la famille des Solanacées et peuvent faire mourir les plants.

Certaines feuilles sont seulement trouées quand d’autres sont entièrement mangées. Dans le meilleur des cas, si elles résistent, les plantes potagères produisent nettement moins.

doryphore

 

Comment reconnaître le doryphore ?

Les dégâts du doryphore sont considérables. Si vous en apercevez entre vos rangs de légumes, agissez au plus vite.

Ce ravageur peut atteindre 1 cm de long et il est vêtu d’une livrée jaune et orange rayée de noir.

Sa larve est de couleur rouge orangé, avec des points noirs sur le flanc. La larve se nymphose et passe à l’état adulte en 15 jours.

La durée de vie des insectes adultes peut être de plus d’une année. Avec une telle longévité, leur cycle de vie leur permet de se reproduire de nombreuses fois.

Les doryphores pondent leurs œufs jaune orangé au revers des feuilles de la plante. Les œufs éclosent au bout d’une semaine. À chaque ponte, la femelle en dépose entre 10 et 30.

Attention toutefois, ne les confondez pas avec les œufs de coccinelles. Ces dernières sont des alliées précieuses du jardinier et il est important de les protéger.

Les larves de coccinelle, enfin, possèdent des points noirs sur le dos, quand ceux de la larve de doryphore sont situés sur le côté.

larves doryphores
Les larves du doryphore, reconnaissables à leur couleur et aux points noirs qu’elles portent sur le flanc

Agir vite pour éliminer le doryphore, ravageur de la pomme de terre

La chrysomèle de la pomme de terre se reproduit très vite et peut envahir les végétaux du potager en un rien de temps.

Grâce à ses ailes, le coléoptère peut se déplacer aisément sur des distances conséquentes. C’est néanmoins un grand sédentaire qui ne quittera pas facilement votre jardin.

Le doryphore passe l’hiver enfoui sous le sol, à une profondeur de 20 à 40 centimètres.

Il sort à la belle saison, lorsque les températures sont plus élevées. Surveillez leur arrivée du début du printemps à la fin de l’été.

Dans les régions les plus au sud, rien n’est écrit, car une seconde génération peut apparaître tant que les beaux jours sont là. Ne baissez pas la garde !

Heureusement, vous pouvez facilement avoir recours à un traitement naturel pour les éliminer.

Comment se débarrasser du doryphore grâce à la lutte biologique ?

Le doryphore commet moins de ravages que par le passé, tout simplement parce qu’il est devenu moins courant. C’est une bonne chose, car il a développé une résistance à beaucoup d’insecticides. Utilisez des techniques douces pour vous débarrasser de cet insecte.

La méthode traditionnelle : la collecte manuelle

Si l’invasion est limitée, vous pouvez commencer par effectuer un ramassage des doryphores à la main.

Cette solution est une technique ancienne. Vous avez peut-être déjà vous-même été mis à contribution par votre grand-père cultivateur pour ramasser les doryphores dans son potager.

Faites-vous aider dans cette activité fastidieuse par des volontaires.

Un lâcher de poules pendant quelques heures au milieu de vos plants de pommes de terre devrait en éliminer une partie.

Renouvelez l’opération de collecte quotidiennement, ou au moins tous les deux jours.

Détruisez les indésirables que vous aurez recueillis dans une boîte ou une bouteille d’eau vide.

Vous pouvez ensuite les donner à manger à vos poules qui n’en feront qu’une bouchée. Une autre option consiste à les jeter dans un seau d’eau où ils se noieront.

Tendez-leur des pièges : les doryphores adultes sont susceptibles de tomber dans les sillons que vous aurez pris le soin de tracer autour de vos plants. Vous pourrez ainsi les collecter plus facilement.

N’oubliez pas d’écraser les œufs que vous aurez distingués sous les feuilles.

Éliminer les doryphores sur une grande surface : la méthode avec des solutions « bio »

Si la surface que vous avez à protéger est trop importante, utilisez des traitements naturels pour venir à bout du petit insecte jaune et noir.

La bouillie bordelaise a un effet répulsif sur les doryphores.

Les décoctions de plantes sont également à votre service. Vous pouvez employer un purin ou une macération d’ail que vous appliquerez de préférence en fin de journée.

Autre solution, pulvérisez un mélange de vinaigre blanc et d’eau (2 doses de vinaigre pour 1 dose d’eau, par exemple 1 litre de vinaigre additionné d’un demi-litre d’eau) sur les plants infestés.

Les insecticides naturels à base de pyréthrine sont pareillement efficaces. Ils ne sont néanmoins pas sans conséquence pour les animaux, essayez donc de vous passer de ce type de traitement.

Le Bacillus Thuringiensis existe sous forme d’un insecticide spécifique pour les larves de la chrysomèle de la pomme de terre.

Les nématodes peuvent aussi être employés en agriculture biologique.

Les prédateurs naturels du doryphore

La lutte bio contre ce chrysomélidé fait appel à des prédateurs. Les carabes dorés se nourrissent de doryphores, mais également de larves de hanneton.

Les oiseaux et les crapauds seront vos alliés dans ce combat. Nous l’avons déjà vu, les poules peuvent vous aider aussi.

Nos amis les hérissons apprécient les larves d’insectes, essayez de les attirer dans votre jardin.

La lutte préventive contre la chrysomèle de la pomme de terre

Pour vous prémunir au naturel contre l’arrivée ou le retour de ces insectes rayés dans votre jardin, pratiquez la rotation des cultures.

Ne replantez pas de légumes de la famille des Solanacées (pommes de terre, aubergines, tomates, etc.) au même endroit avant au moins cinq ans.

L’association des cultures vous aidera de même, mais il s’agit d’une méthode préventive :

  • Les pieds d’ail ont une action répulsive sur les doryphores, et vous pourrez vous en servir pour confectionner un purin ;
  • C’est aussi le cas des plants de haricots ;
  • Vous pouvez également semer des graines de lin, une plante qui vous offrira des tiges d’un vert tendre et de belles fleurs bleues.

Enfin, un filet à insectes limitera l’arrivée de ces petites bêtes.

Chaque année, pensez à bien nourrir votre sol avec un compost ou des engrais naturels, pour obtenir des plants de culture sains et solides.

doryphore mange feuilles solanacees

 

Le doryphore paraît se faire discret depuis quelques années. Malheureusement, avec le réchauffement climatique, ce petit ravageur des cultures semble bien décidé à pulluler de nouveau au jardin. Le Colorado Bettle, comme on le nomme dans sa patrie d’origine, n’étant pas indigène, il possède peu de prédateurs spontanés en Europe. Pensez à observer régulièrement votre potager. Plus vous agirez tôt, plus il vous sera facile de trouver comment vous débarrasser de ce coléoptère bien encombrant, avant qu’il n’occasionne trop de dégâts. Privilégiez toujours les solutions et les traitements naturels. Enfin, n’oubliez pas que la biodiversité au jardin reste le meilleur moyen de lutter contre les nuisibles.

5/5 - (1 vote)

Dans la thématique "Astuces de jardinage"

4/5 0
chalet de jardin organiser

5 astuces pour bien aménager son chalet de jardin !

Lire l'article
4.6/5 2
plantes utiles au jardin

Les 8 plantes les plus utiles au jardin

Lire l'article
4.8/5 0
ortie jardin engrais bio

Le purin d’orties au jardin bio

Lire l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.