avocatier brest arbre

Qui a dit que les avocatiers ne pouvaient pas produire de fruits en Bretagne ?

Mis à jour le 6 septembre 2021 par Luc Potiblogeur

Qui a dit que les avocatiers ne pouvaient pas produire de fruits en Bretagne ?
Le 26 avril 2021, un avocat de belle taille et de couleur violacée est tombé de l’avocatier du jardin Raymond Novion au cœur du patrimoine commun urbain de la rue Saint-Malo à Brest Recouvrance, ruelle verte animée et entretenue de manière participative par les habitants.
avocat mur bretagne

L’avocatier de 7 à 8 mètres de haut, à l’abri de hauts murs, porte encore plusieurs fruits et de nombreuses fleurs apparaissent progressivement.

Mireille Cann, présidente de l’association VIVRE LA RUE, qui avait planté un noyau il y a une quinzaine d’années, et choyé cet arbre magnifique toutes ces années, est très fière de ce premier fruit quasi mûr… Après trois journées de mûrissement, il a été savouré avec beaucoup de plaisir !

Comment a été entretenu cet avocatier ?

À part la taille récente sur le bas du tronc (pour dégager l’accès au mur pour le maçon), il n’a jamais été taillé. Tout juste pincé pour une multiplication des ramifications quand il était tout petit (30 cm environ).
Aucun engrais chimique, que du compost bio et du marc de café bio répandu au pied de l’arbre de temps à autre…
Exposition sud sud-ouest et à l’abri des murs (à l’intérieur).
Il n’a bénéficié d’arrosage que par temps très chaud, voire caniculaire (avec une eau de source vivante et non traitée de la fontaine de la rue St Malo) et n’a pas eu de maladie. Plus d’information sur la culture de l’avocatier

2012 rue st malo avocatier bretagne
L’avocatier en 2012

 

L’association Vivre La Rue qui préserve et anime la désormais renommée rue Saint-Malo à Brest Recouvrance depuis 1990, et qui pare ses pavés anciens, ses pierres et bâtisses du XVIIIe siècle d’un écrin de verdure chatoyant changeant au fil des saisons, s’inquiète, à présent, de travaux de maçonnerie qui doivent être entrepris sur le mur près de ce bel arbre avant l’été 2021 (pour consolider des escaliers de pierre à flanc de colline appartenant aux voisins) et que le jardin, les arbres et les plantes pourraient, une fois encore, subir des dommages…

Lors d’un récent chantier collectif hebdomadaire d’embellissements de la rue St Malo (le 3 mai 2021), l’accès dans le jardin Raymond Novion a été préventivement dégagé en attachant les branchages des plantes foisonnantes qui débordaient allègrement sur l’allée menant de la ruelle pavée au fond du jardin et les branches basses de l’avocatier ont été taillées afin de faire place à l’échafaudage des maçons spécialistes en patrimoine.

avocatier tailler pour travaux

Article de Karine Guillon, médiatrice culturelle bénévole de l’association Vivre La Rue (mai 2021)

5/5 - (1 vote)

Dans la thématique "Biodiversité et environnement"

4/5 0
planter guerilla gardening

Guerilla jardinière: embellir… et faire réfléchir

Lire l'article
5/5 1
table legume

Dur, dur, d’être un Légume de France!

Lire l'article
3.3/5 0
phyto-épuration flottante-3

Un jardin de phytoépuration… flottant !

Lire l'article

2 commentaires pour “Qui a dit que les avocatiers ne pouvaient pas produire de fruits en Bretagne ?

  1. Minieri dit :

    Bonjour ! votre avocatier breton est issue de semi non cloné d’un Persea americana/gratissima/indica de groupe A ou B ou autofertile donc normalement greffé pour qu’il puisse fructifier rapidement et généreusement ?! mais aussi, qu’elle est sa variété ? est-ce du ‘Hass’, du Bacon, Reed, Pinkerton, Ettinger, Zutano, Fuerté; Maoz, Lule ?. Les variétés Zutano et Bacon seraient de loin les plus résistants aux basses températures, au calcaire et à la salinité ? si greffés sur des variétés sauvages californiennes, mexicaines telles ‘Mexicola’, ‘Toro Canyon’ ‘Topa Topa’…? ou sur clones G-6, Duke-7…? seraient aussi plus rapidement productives et résistants aux phytophtora et autres cinnamoni, à l’anthracnose…?!, les variétés (plants et fruits à noyaux) guatémaltèques, sud africaines, australiennes, chiliennes, brésiliennes et antillaises seraient quasi impossibles à acclimater en France métropolitaine ou sont pourtant présent par endroits des avocatiers de belles dimensions dans des villes de Bretagne comme Brest et le CNB mais aussi la Loire Atlantique, Normandie, Vendée, Aquitaine, Roussillon, Cerdane, Nord Catalogne, Pays-Basque, Provence, Corse, Ardèche…) que savez-vous de ses variétés sachant que les variétés sauvages d’avocatiers américains comme Toro Canyon,…, sont à priori très dures à obtenir en France mais possibles en Espagne, au Portugal, en Hollande !? des espèces d’avocatiers aux fruits peux comestibles mais d’intérêts médicinales et botaniques seraient possibles à acclimater dans nos Régions comme Persea drymifolia et borbonica ?

    1. Luc Potiblogeur dit :

      Bonjour, merci pour votre commentaire que je transmets à la personne concernée, qui vous répondra certainement très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *