permculture organisation aromatique pollinisateur

Comment s’organiser au jardin permacole

Publié le 18 novembre 2022 / Mis à jour le 18 novembre 2022 par Daphne

La permaculture est un courant qui intègre de façon globale les hommes, les animaux, l’environnement et le climat. Avant de même commencer à cultiver son jardin, il est indispensable de réfléchir à ses contraintes pour que le potager reste toujours un plaisir. Les périodes de vacances ou les soucis de santé ne doivent pas empêcher de cultiver ses légumes. Avec les principes de la permaculture, les efforts déployés pour l’entretien de chaque partie du terrain seront réduits, rendant les plaisirs du potager accessibles à tous ! Depuis la terrasse ou le balcon, jusqu’aux parties les plus éloignées, en passant par le potager, tout est lié. C’est ainsi que prendre les bonnes décisions et s’organiser au jardin permacole permet de se simplifier la vie.

Prendre les bonnes décisions au jardin cultivé en permaculture : économiser l’eau, le travail et les ressources

Il est nécessaire de concevoir un plan de jardin efficace, divisé en plusieurs zones, qui permettra de :

  • Réduire les distances : entre les points d’eau et les plantations nécessitant d’être arrosées, par exemple.
  • Penser les emplacements des éléments constitutifs du jardin: le potager, le compost, le poulailler, la serre et les jolies fleurs qui vont attirer les polinisateurs. Un abri de stockage des outils sécurisé et un coin repos sont également primordiaux pour profiter du jardin.
  • Garder accessible et visible les éléments fragiles ou nécessitant des interventions régulières.
  • Le jardin doit être pratique : les endroits où vous vous rendez le plus souvent doivent être les plus proches. Les herbes aromatiques seront placées à côté de la cuisine, par exemple.
  • Installer les plantes où elles seront bien. En fonction de leurs besoins : à l’ombre, au soleil, à l’abri du vent…
  • Prévoir des allées suffisamment larges : pour passer aisément avec un arrosoir ou une brouette. Ces allées doivent être dallées ? Dans ce cas, privilégiez les matériaux naturels. Un simple paillage ne suffirait-il pas ?
  • Surélever certains éléments : pour des raisons pratiques comme éviter le mal de dos ou gagner de l’espace.
  • Anticiper la croissance : des légumes coureurs ou des arbres qui grandissent plus vite qu’on ne le pense…
  • Respecter certaines précautions : le tas de compost risque d’attirer quelques indésirables, tenez-le à bonne distance des légumes.
permaculture poulailler
Le poulailler : réfléchissez bien à son emplacement, car vous devrez vous y rendre régulièrement

Comment s’organiser au jardin permacole : évaluer le temps, l’argent et l’énergie à consacrer au potager en permaculture

Réfléchissez bien aux moyens que vous êtes disposé à mettre en place pour gérer votre jardin, afin d’éviter les mauvaises surprises !

De nombreuses solutions sont à votre portée pour ne pas devoir investir de lourdes sommes. Ce que vous produisez doit correspondre à vos besoins réels.

Tenir compte des contraintes matérielles du potager

  • Quelles sont vos obligations : combien d’heures par semaine pouvez-vous consacrer à votre potager ? Êtes-vous à même de vous occuper de vos poules ? Quelqu’un peut-il prendre la relève pour les nourrir si vous vous absentez quelques jours ?
  • Quelles sont vos compétences : êtes-vous un jardinier aguerri qui cultive depuis de longues années ? Dans ce cas, vous connaissez vos capacités. Allez-vous au contraire totalement débuter en permaculture ? Restez conscient de vos possibilités.
  • Évaluer vos ressources : de quel budget disposez-vous ? Établissez vos priorités : commencerez-vous par construire une serre, un poulailler, un abri de jardin, un composteur ou une terrasse ? Envisagez-vous de construire certains éléments vous-même ? Que devez-vous impérativement déléguer ?

Recycler, économiser !

  • Recyclez : confectionnez vos godets à semis en papier journal (attention à utiliser du papier ne contenant aucune encre toxique), récupérez de vieilles tuiles pour isoler les légumes fragiles du sol, comme les courges. Les tiges de bambou ou d’autres arbres feront des tuteurs efficaces et esthétiques. La permaculture n’est pas synonyme de dépenses faramineuses.
  • Procurez-vous le matériel nécessaire : achetez uniquement les outils indispensables, ils sont peu nombreux. Vous pouvez les acquérir d’occasion ou les trouver dans un vide-greniers pour quelques euros. Pourquoi ne pas les emprunter ou les louer ? Ou encore, s’il s’agit d’un achat onéreux, l’acheter à plusieurs en convenant d’avance qui stockera l’outil chez lui, à quel moment chacun en disposera et comment il sera transporté.
  • Choisissez les plantations et les végétaux : échangez avec vos amis, vos voisins ou votre famille. Visitez les sites de troc et d’échange de graines. Trouvez une grainothèque ou une association de jardinier près de chez vous. Arpentez les nombreuses bourses aux plantes organisées à la belle saison. Enfin, pensez à récolter vos propres graines pour les échanger ou préparer vos semis dès que possible !
  • Pensez global : chaque zone de votre jardin entre en interaction avec les autres. Profitez de l’association des cultures, produisez vos propres engrais verts…
permaculture recycler tuteurs en branches
Recyclez les éléments du jardin : les branches feront des tuteurs efficaces pour les légumes grimpants

C’est le premier pas vers un jardin autonome !

Maintenant que vous avez savez comment économiser vos ressources, allez plus loin en trouvant des solutions pratiques pour trouver un maximum de plaisir dans la réalisation de votre jardin permacole ! Retrouvez nos conseils pour bien débuter en permaculture.

5/5 - (2 votes)

Dans la thématique "Permaculture"

5/5 0
permaculture potager bio

Débuter en permaculture : les bases d’un jardin bien conçu

Lire l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *